Benjamin Robert-Degude

Un personnage erre dans l’obscurité sans but apparent. Il éclaire avec une lampe électrique la forêt qui l’entoure, laissant apparaître, durant de courts instants, des éléments de végétation en clair-obscur. Le son donne au spectateur des indications de distance : le promeneur s’approche et s’éloigne d’un ruisseau. En filmant des paysages, comme ici, plongés dans le noir, l’artiste s’intéresse aux phénomènes d’apparition et de disparition des images. Cette exploration du paysage convoque des codes du cinéma de genre, où la tension du spectateur est tout à coup plongé dans l’inquiétante étrangeté d’un lieu pourtant familier. La forêt incarne la nature dans son état sauvage, primitif, et à ce titre est souvent présentée dans les contes comme l’espace de l’épreuve initiatique, l’exploration résidant moins dans la découverte d’un territoire particulier que dans une rencontre avec soi-même.

Benjamin Robert-Degude
Promenade de nuit, 2011
Vidéo
6’06’’