Clémence Belisson

Des escaliers, des couloirs, des salles s’enchaînent dans un même mouvement de travelling arrière, cartographiant un lieu dont on ne sait ni la localisation ni l’affectation. La caméra explore à rebours ce lieu reconstitué à partir de plusieurs lieux, déterminant une architecture imaginaire, pour ainsi dire générique. Le travail de Clémence Belisson se rapporte principalement au décor de cinéma, à une manière de définir un espace fictif depuis son repérage dans le réel. Dans Travelling, elle joue par le mouvement de caméra, une certaine idée du flash back propre au cinéma de suspens, ou du repérage d’un site dans lequel un drame est potentiellement possible, mais dont le scénario reste ouvert au spectateur, laissé libre d’y projeter ses propres personnages. A moins qu’elle nous invite à explorer des lieux aujourd’hui désaffectés, anciennes scènes d’une activité sociale intense dont on ne peut dire s’ils relèvent d’établissements d’enseignements, de soins hospitaliers ou d’administrations ; autant d’espaces de normalisation du corps social, dont on ne parvient jamais à trouver l’issue.

Clémence Belisson
Travelling, 2012
vidéo 18’