Peter Wu Yin Cheng

Originaire de Chine, l’artiste est familier des modalités de transcodages du langage, naviguant au quotidien non seulement d’une langue à l’autre (du chinois au français ou à l’anglais) mais surtout d’un mode de transcription à l’autre (des 5000 sinogrammes aux 26 lettres de l’alphabet latin). Dans La lettre adressée à moi-même, Peter Wu retranscrit une lettre qu’il s’est envoyé, d’abord en braille, dont le système d’écriture tactile en relief recompose les lettres de l’alphabet à partir d’une combinaison de six points saillants, puis en portée musicale, passant ainsi d’un écriture visuelle à une écriture tactile et enfin à sa forme sonore. Cette lettre, très personnelle à plus d’un titre, est ainsi rendue publique sans véritablement révéler son contenu mobilisant la musique comme moyen de communication et d’expression des sentiments. Une forme que les théoriciens de la communication considèrent comme potentiellement universelle, susceptible de transmettre de manière non verbal un message aussi codé soit-il.

Peter Wu Yin Cheng
La lettre adressée à moi-même, 2010
Installation
Feuilles en alphabet braille, partition musicale et vidéo 18’20’’
Dimensions variables